Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Eveil est le premier tome d’une trilogie (à moins que l’auteur ne prévoie d’autres tomes après les deux qui devraient suivre en 2017). C’est un roman qui se déroule de mars à décembre, où chaque mois représente un chapitre. Il semble se passer à une époque contemporaine, mais possède des traits de science-fiction. Le déclenchement de l’intrigue est la création d’un virus supposé améliorer les capacités cérébrales des hommes, mais qui se propage par accident chez des animaux. S’en suivent alors les questionnements liés au contrôle impossible de la diffusion de l’épidémie. Les animaux tels que chiens, chats, corneilles, rats, etc. se retrouvent alors doués d’intelligence quasi humaine. L’histoire tourne surtout autour de quatre jeunes gens, dont la scientifique à l’origine de la création du virus ; ainsi que leurs animaux de compagnie « éveillés ». Faut-il stopper l’épidémie ? Et quelles pourront en être les conséquences sur la relation hommes-bêtes ?

Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce roman, c’est que l’on ressent que l’auteur est impliqué dans les conditions de vie des animaux (particulièrement dans l’élevage), et dans les impacts des actions de l’homme sur la terre ; car ce sont des sujets d’actualité dont on ne préoccupe pas suffisamment. Il est donc important d’aborder des questions sensibles comme celles-ci, car les « éveillés » découvrent un monde saccagé par l’homme, et également son besoin de puissance que l’on retrouve aussi dans le roman. Il peut représenter la façon dont les hommes ont évolué, car certains animaux semblent reproduire leurs schémas. Le ton du roman est assez simpliste, ce qui facilite l’accès aux questions citées pour des enfants ou ados. Mon reproche serait que la réflexion pourrait être poussées plus loin (ce sera peut-être le cas dans les tomes suivants) et que la plupart des actions, voulant être vite enchaînées, me paraissent trop faciles. A peine une idée est conçue par le lecteur, le livre en parle, ou bien les personnages trouvent toujours une solution à leurs problèmes, parfois de façon trop peu réaliste à mon goût. Je pense que c’est un malus pour le roman, qui se voulait certainement peu prise de tête et facile d’accès aux plus jeunes. Mais j’ai apprécié la lecture de ce roman, dont l’idée est originale et intéressante.

Léonie (17ans)

L'eveil de jean Baptiste de Panafieu
Tag(s) : #roman, #apartirde13ans, #ecologie, #animaux, #gulfstream

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :